logo pythagore partners

Nous suivre :

Comment vérifier la viabilité financière d’un projet ?

Finance

Comment vérifier la viabilité financière d’un projet ?

Découvrez les étapes essentielles pour vérifier la viabilité financière de votre projet. De l'analyse de marché à la projection des flux de trésorerie, suivez nos conseils pratiques pour maximiser vos chances de réussite.

Sommaire

Introduction

Importance de la viabilité financière d'un projet pour son succès

La viabilité financière d’un projet est essentielle pour son succès. En effet, même si une idée peut sembler brillante sur papier, si elle n’est pas rentable, elle ne pourra pas survivre à long terme. Pour cette raison, il est crucial de réaliser une analyse financière approfondie avant de se lancer dans un projet. Dans cet article, nous allons examiner les étapes clés pour vérifier la viabilité financière d’un projet.

Les étapes clés pour vérifier la viabilité financière d'un projet

Utilisation des tableaux financiers pour déterminer la viabilité financière et la capacité à dégager du cash

Chiffrez les étapes de votre croissance

Les tableaux financiers déterminent la viabilité financière de votre projet et, surtout, sa capacité à dégager du cash.

Traduction chiffrée des objectifs décrits dans votre business plan, les tableaux de bord financiers seront épluchés attentivement par les partenaires que vous solliciterez. Ils s’aident à répondre à deux questions cruciales : la société est-elle susceptible de dégager des profits ? De quelle trésorerie va-t-elle disposer ?

Ces prévisions doivent reposer sur des hypothèses cohérentes avec les éléments fournis dans la première partie du business plan. Cette deuxième partie comprend en général quatre tableaux prévisionnels et doit faire apparaitre deux ratios, le besoin en fonds de roulement et le seuil de rentabilité.

Plan de financement initial pour chiffrer le projet au démarrage et équilibrer les ressources et les besoins

Il permet de chiffrer le projet au démarrage en mettant en regard les sommes dont vous disposez et l’emploi auquel vous les destinez. C’est un document à deux colonnes : d’un côté, les ressources ; de l’autre, les besoins ou emplois. Les deux doivent être équilibrées.

Compte de résultat prévisionnel pour établir les postes de charges et de produits sur trois exercices

Fondamental, pour savoir si la future société sera bénéficiaire, le compte de résultat prévisionnel – établi sur trois exercices – présente les grands postes de charges (dépenses hors investissement) d’une part, et de produits (recettes) d’autre part. Côté produits, la ligne essentielle est celle des ventes. C’est souvent sur ce point que les porteurs de projet fournissent le moins de détails.

On tombe alors sur des comptes déséquilibrés, avec des dizaines de lignes dans la rubrique des charges. Faites l’inverse : donnez du volume à votre chiffre d’affaires, en segmentant vos estimations de recettes et en différenciant selon la localisation de la clientèle ou la nature de vos produits et services. Vos chiffres doivent être cohérents avec l’étude de marché présentée en première partie du business plan.

Estimez ensuite les moyens nécessaires pour atteindre les objectifs : salaires et charges sociales, achat de matière premières, loyers, assurance… sans oublier la dotation aux amortissements : il ne s’agit pas de véritables dépenses, mais de la constatation de la dépréciation des biens d’équipement. En soustrayant ces dépenses du chiffre d’affaires prévu, vous pouvez estimer le résultat d’exploitation, qui donne un aperçu de la viabilité du projet.

Le résultat net est négatif ? Pas d’inquiétude, c’est tout à fait normal au stade de la création.

Plan de trésorerie pour établir les entrées et les sorties d'argent de la première année

Établir un plan de trésorerie rebute souvent le créateur d’entreprise. Pourtant, il intéresse particulièrement les créanciers, car la trésorerie est souvent le maillon faible d’une société qui démarre.

Une trésorerie négative non couverte par un financement entraîne la cessation de paiement. Il faut donc établir, mois par mois, les entrées et les sorties d’argent de la première année, voire des dix-huit premiers mois.

Les entrées sont comptabilisées entenant compte de la date d’encaissement ou de décaissement effective. Vous pourrez adapter la durée des emprunts nécessaires pour couvrir vos besoins ou, si le solde est positif, placer l’argent à court terme et augmenter ainsi votre résultat.

Plan de financement à trois ans pour vérifier si les ressources financières durables équilibrent les besoins financiers durables

Ce document permet de vérifier si, sur les trois premières années, les ressources financières durables équilibrent les besoins financiers durables, et ce à la fin de chaque exercice. Il est élaboré comme le plan de financement initial, mais il intègre les nouveaux besoins durables et ressources financières qui vont apparaître.

Pour la première année, vous reprendrez les données répertoriées dans le plan de financement initial. Vous y ajouterez les éléments survenus au cours de l’exercice, notamment les ressources propres générées par l’activité.

Pour les années 2 et 3, seuls les éléments apparus dans les besoins ou les ressources durables seront repris (progressions du besoin en fonds de roulement, nouveaux apports ou crédits…).

Ce tableau permet d’anticiper le niveau d’endettement, la capacité de remboursement à moyen terme et les tours de table ultérieurs.

Deux concepts financiers à connaître sur le bout des doigts

Le besoin en fonds de roulement (BFR) : clé de voûte de votre survie financière

Comment calculer le BFR ?

Stock (Exprimé en « Nombre de jours d’achat en stock»)

+ Crédit clients (créances) (Exprimé en « Nombre de jours de chiffre d’affaires en crédit client »)

– Crédit Fournisseur (dettes) (Exprimé en « Nombre de jours d’achat en crédit fournisseur »)

= Besoin en fonds de roulement (Exprimé en « Nombre de jours de chiffre d’affaires »)

Qu'est-ce que le besoin en fonds de roulement ?

Le besoin en fonds de roulement représente le montant moyen nécessaire pour faire tourner l’entreprise en attendant d’encaisser le produit des ventes. Évidemment, au fur et à mesure que l’on vend des produits, il faut reconstituer le stock. Seule solution pour couvrir ce besoin : des capitaux permanents.

Comme les banques refusent le plus souvent de prêter pour couvrir le BFR, il faut recourir à des capitaux propres ou à des quasi-fonds propres : des prêts d’honneur par exemple.

Le BFR comprend en général trois éléments. Tout d’abord, le montant du stock moyen nécessaire à l’activité de l’entreprise (matières premières, marchandises, produits finis…). Ensuite, le montant des encours moyen des créances clients. Le BFR est accru par les délais accordés aux clients. Enfin, le montant des encours moyen des dettes fournisseurs. Le crédit accordé par les fournisseurs constitue une bouffée d’air salutaire qui vient réduire le BFR.

Le seuil de rentabilité : point à partir duquel vous gagnez de l’argent

Comment calculer les seuils de rentabilité ?

Marge sur Coût Variable = Chiffre d’Affaires – Charges Variables

Taux de Marge = Marge sur Coûts Variable / Chiffres d’Affaires

Qu'est-ce que le seuil de rentabilité ?

Le seuil de rentabilité (point mort), ou break even en anglais, correspond au niveau de chiffre d’affaires au-dessus duquel l’entreprise sera bénéficiaire.

Pour l’évaluer, on distingue généralement les charges fixes, qui ne dépendent pas du niveau d’activité (comme le loyer par exemple), des charges variables (frais de livraison, par exemple).

Cette distinction vous permettra aussi d’estimer la marge sur coût variable et le taux de marge. Vous pourrez alors opérer des arbitrages sur le prix pratiqué ou le nombre de ventes nécessaires pour vous en sortir (être rentable)

Anticipez vos rentrées et vos sorties d’argent

Jongler avec les tableaux financiers vous permettra de valider la viabilité de votre projet et de prévoir sereinement l’avenir.

L’achat d’un ordinateur doit-il être considéré comme une charge ou comme un investissement ? Faut-il présenter le chiffre d’affaires toutes charges comprises ou hors taxes ?

Compléter soi-même un compte de résultat ou un plan de financement soulève de multiples questions pour qui ne s’est jamais intéressé à la comptabilité. Pourtant, s’atteler à cette tâche reste, et de loin, le meilleur moyen pour un créateur d’entreprise de se familiariser avec des concepts qu’il devra, à un moment ou à un autre, défendre en personne devant des financiers pas toujours bienveillants.

Si vous vous sentez vraiment démuni, sachez qu’il existe de multiples moyens de vous faire aider. Le réseau BGE, les chambres de commerce et d’industrie ou les chambres de métiers et de l’artisanat ont vocation à transmettre leurs connaissances par secteur d’activité. Il existe aussi des associations d’aide aux créateurs où des cadres en pré-retraite ou à la retraite peuvent vous épauler.

Soignez vos chiffres, mais soyez prêt à tout recalculer

Les professionnels auxquels vous allez soumettre votre business plan vous feront sans doute des retours sur votre montage financier et sur la façon dont vous avez présenté vos chiffres. N’hésitez pas a revoir votre copie le cas échéant.

Chez Pythagore Partners, presque à chaque fois, nous mettons de côté le business plan apporté par le créateur d’entreprise pour tout recalculer en tête à tête avec les porteurs de projet que nous accompagnons.

La tâche des entrepreneurs est grandement facilitée par des logiciels accessibles aux néophytes. Leur prix est abordable, car il s’agit généralement de produit d’appel, censés inciter le chef d’entreprise à adopter ensuite les logiciels de comptabilité plus complet de la marque.

Soignez vos annexes en valorisant l’information utile

Tous les éléments susceptibles d’asseoir votre crédibilité

Pour convaincre ses futurs partenaires, l’entrepreneur doit réunir le maximum de preuves de la faisabilité de son projet. Une lettre d’intention signée par un gros client potentiel est du meilleur effet. Toutefois, pour ne pas alourdir le business plan (BP), il est d’usage de regrouper l’ensemble de ces documents en annexe. Composée d’éléments chiffrés et descriptifs, l’annexe vient étayer les affirmations et les hypothèses du business plan. Son but ? Rassurer le lecteur sur la viabilité et à fortiori la rentabilité de l’entreprise

Privilégié le concret

Fournissez des informations en lien direct avec le business plan, ne cédez pas à la tentation du remplissage. Inutile de vous répéter, et choisissez plutôt des exemples concrets qui illustrent ce que vous avez déjà réalisé. En glissant dans leur dossier de présentation la liste des produits qu’ils comptaient acheter et les devis des fournisseurs correspondants, les créateurs d’entreprise renforcent la crédibilité de leur dossier. Il s’agit là de montrer que la réflexion est déjà très avancée et que vous êtes prêt à démarrer votre activité.

Utilisez la concurrence

S’appuyer sur la concurrence – pour mieux la vaincre ensuite -peut être pareillement utile.

Pour les dirigeants d’entreprise, dévoiler le compte de résultat d’une entreprise rivale permet de prouver que leur projet tenait la route. Il démontre que leurs prévisions de ventes n’étaient pas fantaisistes.

Insérer une étude de marché, des lettres de recommandations et autres contrats de partenariat, des illustrations des premières réalisations de l’entreprise, des maquettes de site internet, le CV des associés est généralement bien vu.

Évitez l’aspect bric-à-brac

On voit trop de business plans aux annexes sans aucun intérêts. Soyez sélectif et ordonné, c’est essentiel. Par exemple, faites précéder vos annexes soigneusement paginées d’un sommaire pour un accès rapide à l’information recherchée.

Conclusion

Importance de la viabilité financière pour la pérennité du projet

La viabilité financière est un élément crucial pour assurer la pérennité d’un projet entrepreneurial. Sans une analyse financière rigoureuse, il est difficile de savoir si un projet est viable sur le long terme.

La viabilité financière permet d’évaluer la capacité du projet à générer des revenus suffisants pour couvrir les coûts et assurer une rentabilité durable. Elle permet également d’identifier les risques financiers et de mettre en place des mesures d’atténuation pour y faire face.

Une viabilité financière solide est donc essentielle pour rassurer les investisseurs, obtenir du financement et maintenir la stabilité financière du projet sur le long terme. En somme, la viabilité financière est un aspect critique de toute entreprise et doit être pris en compte dès les premières phases du projet pour assurer sa réussite à long terme.

L'analyse financière approfondie est essentielle avant de se lancer dans un projet

En tant que consultants experts en création et accompagnement d’entreprise, nous ne saurions trop insister sur l’importance d’une analyse financière approfondie avant de se lancer dans un projet.

Cette étape cruciale permet de déterminer la viabilité financière du projet, d’identifier les risques potentiels et de prendre les mesures nécessaires pour les atténuer.

Les entrepreneurs qui prennent le temps de réaliser une analyse financière approfondie augmentent considérablement leurs chances de succès en minimisant les erreurs coûteuses et en prenant des décisions éclairées basées sur des données concrètes.

Investir dans une analyse financière solide est donc un choix judicieux pour tout entrepreneur qui souhaite bâtir une entreprise durable et prospère.

Tags

entrepreneur,finance,gestion financière,questions avant de se lancer,réalité du marché

Partager

Besoin d'aide ?

Profitez d’une première consultation offerte.

Devis

Remplissez le formulaire ci-dessous, et nous vous contacterons sous peu.

Coordonnées
Objet de l'entretien
Sélection de la date et de l'heure préférées

Obtenir un devis

🔒 Confidentialité Garantie

Pour vous contacter
Comment pouvons nous vous aider ?
Quand souhaitez-vous être rappelé ?

Profitez d'un entretien gratuit

Remplissez le formulaire ci-dessous, et nous vous contacterons sous peu.

Coordonnées
Objet de l'entretien
Sélection de la date et de l'heure préférées